L’agriculture, parent pauvre du budget de la région Grand Est

Classé dans : Communiqués | 0

Réaction de Frédéric Fabre, maire de Doulaincourt-Saucourt, conseiller régional et référent du groupe RN pour la commission Agriculture et Forêts.

L’exécutif de la collectivité Grand Est a choisi depuis des années d’être à la remorque d’une politique agricole générale mortifère. Ce budget ci ne fait malheureusement pas exception à leurs habitudes, et nos agriculteurs vont encore payer un lourd tribut du fait de décennies de choix politiques déterminées en dépit du bon sens.

La région Grand Est a réussi le double-exploit, de moins exporter tout en perdant des parts sur le marché intérieur. En effet :

• Si notre balance commerciale est encore excédentaire nous ne le devons qu’aux vins et spiritueux, mais pour combien de temps encore ? Parallèlement, nous constatons une augmentation de 87% des importations de produits agricoles en 20 ans, qui détruit notre autonomie alimentaire.
• Notre production agricole stagne, alors que celle de nos concurrents augmente.
• Du fait de la réforme de la PAC, nos agriculteurs vont perdre 5 milliards d'euros d’aides directes pour la période 2021-2027
• L’augmentation massive des importations de bœufs américains adoptée par le Parlement Européen, il y a deux semaines, va finir par tuer notre élevage.

Ce budget reflète, au-delà des mots, la  volonté de l’exécutif de poursuivre une année de plus sur les mêmes errements. De plus, on pourra qualifier ce budget d’indigent, car il ne représente que 1.02% du budget régional (en baisse même de 200 000euros).

Enfin cette année, une fois n’est pas coutume, le budget Forêt augmente (crise du scolyte oblige) de 3millions d’euros mais en fait ce n’est qu’un effet de vase communicant puisque le budget de la partie agriculture passe, lui de 28 à 25 millions, il accuse donc une baisse de 11% (les agriculteurs apprécieront).

L’agriculture et la forêt représentent pourtant deux secteurs déterminant pour la région, d’un point de vue économique bien sûr, mais aussi pour la qualité paysagère de nos départements, pour la socialisation de nos habitants, pour l’identité de nos terroirs et enfin pour nos relations avec la nature ! Nous ne pouvons pas nous satisfaire de ce budget !