Fermeture de Fessenheim : un impact lourd de conséquence pour le Haut-Rhin et notre indépendance énergétique !

Classé dans : Communiqués | 0

Communiqué du groupe Rassemblement National Alsace Champagne-Ardenne Lorraine.

La centrale nucléaire de Fessenheim a définitivement cessé de fonctionner dans la nuit de lundi à mardi.

Cette fermeture, qui s’inscrit dans la volonté pour l’État de réduire la part de l’atome dans le mix électrique français à 50 % en 2035, est purement idéologique et était nullement liée à un potentiel risque de sécurité.

Cette décision a un impact lourd de conséquences pour ce territoire du Haut-Rhin (2000 emplois sacrifiés) mais aussi pour notre indépendance énergétique.

En effet, les énergies dites renouvelables ne compenseront pas la perte de production de cette centrale nucléaire dont la durée de vie aurait pu être allongée. Pire encore, elles participeront à augmenter les émissions de CO2, la pollution et la destruction de nos paysages : 3 000 éoliennes seraient nécessaires pour compenser la fermeture de Fessenheim. Dans le contexte actuel, on peut aussi imaginer l’importation massive d’électricité produite dans les centrales à charbon allemandes et l’importation d’autres énergies, moins propres, telles que le gaz, qui ne sont pas produites en Europe.

Alors qu’il a validé le Projet de territoire Fessenheim initié par l’Etat en décembre 2018 en séance plénière malgré la mise en garde de nos élus, Jean Rottner aurait récemment déclaré à l’AFP : « Clairement, après la fermeture, on se retrouve complètement à sec et très loin de tout projet de territoire ». Cela constitue une prise de conscience tardive pour celui qui a accompagné la fermeture de Fessenheim.

Le Groupe Rassemblement National au Conseil Régional s’est toujours opposé à cette fermeture. Notre volonté était de voir sa durée de vie allongée, par des travaux de  modernisation garantissant la sécurité du site,  afin de permettre à la France de garder son indépendance énergétique mais aussi pour maintenir le tissu économique du bassin de vie de Fessenheim, aujourd’hui sinistré par cette triste décision.

Alors qu’elle avait refusé de rebaptiser un lycée du nom d’Arnaud Beltrame, la majorité LR en Région Grand Est renomme le lycée Colbert-Sophie Germain en Rosa Parks !

Classé dans : Communiqués | 0

Communiqué du groupe Rassemblement National Alsace Champagne-Ardenne Lorraine.

Lors de la Commission Permanente du 19 juin 2020, il a été proposé par la Majorité LR au Conseil Régional de valider le changement de nom du lycée Colbert-Sophie Germain de Thionville en Rosa Parks.

La Région Grand Est a donc décidé de gommer les noms de Colbert, ancien ministre de Louis XIV et de Sophie Germain, illustre mathématicienne, physicienne et philosophe française au profit d’une figure de la lutte contre la ségrégation raciale aux États-Unis n’ayant aucun lien historique avec la France.

En pleine campagne de victimisation par les mouvements « décoloniaux », « indigénistes » et d’extrême gauche qui profitent d’un évènement tragique aux États-Unis pour réaffirmer leur haine de notre pays, cette décision de la part de l’exécutif LR résonne comme une résignation face aux chantres de la repentance permanente.

On notera que lorsque nous avions proposé en juin 2018 en séance plénière une motion afin qu'un lycée de notre Région puisse porter le nom d'Arnaud Beltrame, martyr du terrorisme islamiste à Trèbes, cette proposition avait été rejetée d’un revers de main par Jean Rottner et sa Majorité.

Le groupe Rassemblement National au Conseil Régional, qui refuse de se soumettre aux diktats des « décoloniaux », a voté CONTRE ce changement de dénomination.



Intervention de Bruno Subtil


Tweet de Virginie Joron