Condamnée par la Justice, Lilla Merabet doit démissionner !

Classé dans : Communiqués | 0

Communiqué du groupe RN Alsace Champagne-Ardenne Lorraine.

Il y a un peu plus d’un an, en mai 2018, le Canard Enchaîné révélait que Madame Lilla MERABET, vice-présidente à l’innovation de la Région Grand Est, avait manqué à ses obligations d’élue en omettant de déclarer une partie de ses revenus à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). En cause : sa rémunération dans la société Oxymore résolution dont elle est la présidente et l’associée majoritaire, ainsi que sa rémunération en tant que déléguée générale de la Fondation Force.

Cet épisode peu glorieux s’était soldé, non par le retrait de l’élue fautive de l’exécutif régional, mais par sa démission de SEMIA, incubateur de start-ups régionales sur les conseils de M. Sébastien Touzé, le déontologue de la Région.

Nous apprenons ce jeudi 5 septembre 2019 que la vice-présidente à l’innovation de la Région Grand Est vient d’être reconnue coupable des faits : le procureur a d’abord requis deux mois de prison avec sursis, 4000 euros d’amende et une réduction de privation d’éligibilité à un an avant de condamner Lilla Merabet à verser 6000 euros d’amende.

Nul n’est censé ignorer la loi : Madame Merabet, qui est une femme publique, membre d’un exécutif régional, a manqué, par son comportement, au devoir d’exemplarité le plus élémentaire. Un an après le début de l’affaire, on peut aussi s’interroger sur l’attitude de Jean Rottner, qui a préféré renouveler sa confiance en maintenant sa collègue à la vice-présidence à l’innovation, plutôt que de sanctionner une élue à la déontologie douteuse.

L’exécutif régional va-t-il tomber dans les travers du favoritisme et du clanisme en maintenant Madame Merabet dans ses hautes fonctions, quitte à décrédibiliser notre collectivité régionale aux yeux du grand public ? En s’accrochant à son siège, Lilla Merabet ne ferait que dégrader davantage les liens de confiance entre les élus et les administrés.

Dans l’intérêt de tous, il est urgent que Madame Merabet prenne ses responsabilités et assume son manquement à la loi en démissionnant immédiatement de l’exécutif du Grand Est.

Communiqué de presse