Le sondage qui désavoue la politique de Jean Rottner

Classé dans : Communiqués | 0

Communiqué du groupe RN Alsace Champagne-Ardenne Lorraine.

Un sondage OpinionWay réalisé en Août 2020 et portant sur la « perception de la région Grand Est et de son action » révèle les carences de la politique menée par Jean Rottner et son absence de concordance avec les principales préoccupations des habitants de notre région.

Parmi les personnes satisfaites de l’action de la Région, seulement 3% le sont pour les « actions de Jean Rottner » et 2% pour la « proximité des politiques avec les citoyens ».

Quant aux personnes insatisfaites, 20% d’entre elles pointent du doigt le manque d’attractivité du territoire, 18% les inégalités territoriales, 17% la mauvaise gestion par les élus, 11% la situation économique et enfin 9% le manque d’infrastructures.

Parmi les éléments marquants, on note que 37% des sondés sont peu ou pas satisfait de la gestion des TER, compétence emblématique des régions ; 62% trouvent que la Région n’a pas mieux géré que l’Etat la crise du Covid-19, ce qui discrédite la majorité dans sa promotion permanente de la décentralisation ; 79% ne connaissent pas les dispositifs d’action économique comme Be Est alors que 54% des sondés placent le développement économique comme enjeu le plus important de la Région.

Alors que la Majorité fuit, depuis le début de la mandature, les débats tournant autour des séparatismes et de la montée des fondamentalismes (retour des mineurs djihadistes, problématique des abattoirs Halal…), ce sondage place la « lutte contre le communautarisme » parmi les « enjeux les plus importants pour la Région » à hauteur de 22% des sondés.

Ce sondage conforte les positions constantes du groupe RN sur plusieurs points :

- Cette collectivité est trop éloignée des habitants, ne se préoccupe pas assez de ses territoires et est vectrice de profondes inégalités liée aux choix de la Majorité : métropoles confortées, SRADDET pénalisant la ruralité, fusion plombant l’image de la nouvelle région…

- Le communautarisme doit être combattu dans l’ensemble des échelons de la République, peu importe les compétences propres de chacune des collectivités

- Décentralisation ne signifie pas « meilleure gestion » car dans le cas du « Grand Est », elle a entraîné une recentralisation à l’échelle régionale et la création des maisons de Région n’a pas permis de corriger cette perte de proximité aux yeux des habitants

- Le développement économique mérite d’être traité comme une priorité en commençant par aider les entreprises qui constituent le vivier d’emplois le plus important de notre territoire (TPE, PME…) et en stoppant le saupoudrage aux grandes entreprises dont certaines n’hésitent pas à délocaliser