Grand Est : la majorité sectaire LR vient d’adopter un budget gargantuesque

Classé dans : Communiqués | 0

Communiqué du groupe Rassemblement National Alsace Champagne-Ardenne Lorraine.

Le vote du budget constitue chaque année un moment central dans la vie d’une collectivité. Il détermine les grandes orientations choisies par l’exécutif, et révèle une certaine pratique des institutions, de par la manière avec laquelle il est porté à la délibération collective. Le budget 2021 de la région Grand Est vient d’être bouclé, dans une atmosphère révélant la dérive d’une majorité aux abois, qui se mêle davantage de sa réélection que de l’intérêt général de nos concitoyens.

Première opposition de l’assemblée du Grand Est, le groupe Rassemblement National a constaté depuis le début de la mandature une augmentation de 25% du budget annuel. Cette pente financière est contraire au sérieux budgétaire que nos élus et nos concitoyens appellent de leurs voeux. Notre groupe s’est donc fermement opposé à cette conception de la gestion des deniers publics, qui conduit à renforcer le poids d’une collectivité déjà gargantuesque, mais aussi à contracter de nouvelles dettes, lesquelles ne pèsent pas sur les élus, mais bien sur les contribuables qui leur ont fait confiance. Pire, ces crédits sont dilués dans des missions pléthoriques et disparates, ce qui nuit à l’efficacité de l’action régionale. Sur ce point, la majorité a, une nouvelle fois, fait la sourde oreille, au détriment des arguments raisonnables nécessaires à la tenue d’un débat pluraliste et respectueux.

Dans une approche constructive de la démocratie locale, notre groupe a déposé plusieurs motions et amendements, dont les objets sont d’intérêt public. Ainsi nos élus ont souhaité que le Conseil Régional prenne position en faveur d’un moratoire concernant l’accueil des migrants voulu par le gouvernement. Nous avons aussi proposé de préserver la santé de nos élèves en déployant à titre expérimental des purificateurs d’air dans les établissements scolaires. Soucieux de l’environnement, nous avons aussi proposé de créer un dispositif d’aide au remplacement des chaudières à fioul ou à charbon, particulièrement polluantes. Enfin, compte-tenu du contexte pandémique, qui contraint particulièrement nos étudiants, nous avons défendu la mise en place d’une assistance psychologique à destination de ces publics, et milité en faveur d’une réouverture partielle des universités. Toutes ces propositions ont rencontré un refus franc et massif de la part de l’exécutif et de la majorité, préférant attaquer les messagers plutôt que de soutenir des projets utiles à notre collectivité. Cette situation a confiné à l’absurde, lorsqu’après avoir refusé notre idée de déployer des purificateurs d’air, la majorité LR s’est vantée de s’engager pour diminuer la pollution de l’air à travers le projet ATMO.

Mais le sectarisme des dirigeants du Grand Est s’est aussi traduit par une attitude profondément inqualifiable de la part de l’exécutif qui dirigeait les débats. Les micros de nos élus ont été coupés intempestivement, ces derniers ne pouvant parfois pas terminer leurs démonstrations, tandis que les élus de la majorité ont bénéficié d’un traitement de faveur, qui leur a souvent permis de dépasser leur temps de parole. Nous déplorons ce comportement, non seulement car il dessert la démocratie locale, mais surtout parce qu’il méprise les électeurs qui nous ont fait confiance pour les représenter.